Tendinite

Les tendinites

 

Une tendinite est une affection très douloureuse et handicapante d’un tendon. Au niveau du bras, de l’épaule ou encore du genou ou du talon les tendinites peuvent être provoquées par des causes mécaniques, infectieuses et alimentaires. Les soins varient selon le facteur déclenchant. La tendinite au tendon d’Achille est la plus connue mais la tendinite du bras et la tendinite de l’épaule sont aussi très fréquentes chez les sportifs.

 

Causes mécaniques des tendinites

Le tendon est soumis à des contraintes trop importantes sur un période trop longue, ce qui va dépasser sa capacité de résistance. Cela peut être causé par:

Une mauvaise position à l’effort

Un matériel défectueux (chaussures)

L’entraînement sous la pluie, dans le froid. Les conditions de travail (température) du tendon se trouvent fortement modifiées.

Le travail prolongé à plus de 80 % de la puissance maximale (un effort trop intense et trop long)

Des efforts physiques violents à froid.

Les impacts: Les chocs reçus par les tendons de façon accidentelle (lorsque l’on se heurte à un objet) ou ceux provoqués par des activités physiques.

Une malformation légère: Congénital ou acquis ce petit défaut peut devenir un problème lors de la pratique sportive et des contraintes occasionnées par la grande répétition des gestes et l’intensité de l’effort

 

Causes alimentaires des tendinites

 

Une autre cause de tendinites se trouve dans notre alimentation. Ce que nous buvons et mangeons insuffisamment ou en excès. Les principales causes alimentaires des tendinites sont:

Une hydratation insuffisante. L’hydratation doit être parfaitement soignée, avant, pendant et après l’effort.

Un taux sanguin élevé d’acide urique. L’acide urique résulte de la dégradation des purines par notre organisme. Celles-ci sont présentes plus ou moins fortement dans les aliments, à éviter ou consommer avec modération. De plus il faut savoir que l’acide urique est éliminé à 75% par les urines, d’où l’intérêt d’une bonne hydratation.

Certains aliments contiennent de l’histamine ou une substance voisine la tyramine qui favorisent les tendinites. Elles se retrouvent dans les aliments suivants: Tomates, avocats, épinards, figues, pomme de terre, choux, chou-fleur, concombre, raisin.Choucroute, saucisses, saucisson, anchois, hareng fumé, sardine, thon, conserve stérilisées.Gruyère, fromages fermentés, levure, vin. Ces aliments sont donc déconseillés. Cela ne veut pas dire qu’ils sont à supprimer définitivement, mais tout simplement à réduire, ou à éviter quand il le faut (apparition de tendinite, période d’allergie…)

 

A noter qu’en ces temps modernes où les industriels de l’agro-alimentaire nous mitonnent de bons (?) plats avec des substances allergisantes, certaines inflammations se trouvent favorisées.

 

L’abus de sucre va nuire à l’élimination de l’acide urique.

 

Comment soigner votre tendinite

Du repos et du froid

Pour venir à bout de votre tendinite , laissez reposer l’articulation touchée. Mais qui dit repos ne signifie pas inactivité totale. Vous pourriez être tenté en effet de ne plus du tout bouger votre épaule ou votre pied jusqu’à ce que la douleur passe or une articulation doit continuer à fonctionner sous peine de se raidir. Attelles ou écharpes ne sont donc pas recommandées. D’ailleurs, pour garder votre souplesse, votre médecin ou votre kinésithérapeute peut vous montrer quelques exercices à réaliser chez vous, histoire de continuer à solliciter votre tendon mais sans forcer. Une astuce en cas de tendinite d’Achille : pour reposer votre talon, placez une talonnette dans vos chaussures (pour prévenir les récidives, on vous prescrira d’ailleurs peut-être par la suite des semelles orthopédiques plus épaisses à l’arrière du pied). 
Pour calmer l’inflammation et la douleur, vous pouvez en plus appliquer du froid sur le tendon. Il existe plusieurs techniques. Mettez des glaçons dans un sac plastique. Placez ce sac dans une serviette que vous appliquez sur la zone enflammée pendant 10 à 12 minutes, 3 à 4 fois par jour. Autre possibilité : sortez du congélateur un sachet de petits pois. Disposez-le ensuite autour de l’articulation douloureuse, là-encore protégée par un linge. C’est pratique – le sachet va bien épouser la forme de votre genou ou de votre coude – et économique ! Vous pouvez remettre les petits pois au congélateur pour vous en resservir au fil de la journée. Mais pensez à le jeter après !
Si la douleur n’est pas trop vive et que vous connaissez l’origine de votre tendinite, le repos, le froid et les anti-inflammatoires (sous forme de gels notamment) peuvent suffire. La tendinite disparaîtra normalement au bout de 8 à 10 jours. En revanche, si vous avez très mal, si la mobilité de votre articulation est réduite, si l’inflammation apparaît pendant ou après la prise d’antibiotiques ou de corticoïdes, si la situation ne s’améliore pas au bout de 48h, consultez votre médecin à nouveau

La physiothérapie

Quand la douleur est vive, le « physio » utilise lui aussi le froid pour réduire l’inflammation. On parle alors de cryothérapie. Il masse également les muscles situés autour du tendon mais il ne va pas toucher ce dernier tant qu’il est enflammé. Il peut par ailleurs s’aider des ultrasons : il s’agit d’envoyer une onde profonde dans le tendon. Cette technique permet de récupérer son élasticité. Une fois l’inflammation traitée, le physiothérapeute va pouvoir s’attarder sur le tendon lui-même. Il va faire en sorte de l’étirer progressivement pour qu’il cicatrise correctement. Il peut aussi recourir aux ondes de choc. Ce sont des ondes acoustiques qui viennent fragmenter la partie abîmée du tendon. Cette zone est ensuite le siège d’une nouvelle vascularisation qui favorise la guérison. Cette technique est surtout employée contre les tendinites chroniques. Pour savoir si vous avez la possibilité d’être soigné ainsi près de chez vous, renseignez-vous auprès de votre « kiné » ou d’un médecin du sport.